printemps

printemps
pluie printanière

mercredi 8 février 2017

Victurnien Pétassou et les aventures de Fillon l'enchanteur



  • Alors Victurnien que pensez vous de cette affaire Fillon ?
  • Hé bê écoutez moi Victurnien Pétassou, j'ai le plus grand respect pour Monsieur Fillon, l'homme le plus honnête, le plus sincère, le plus intégriste...
  • Vous voulez dire intègre Victurnien
  • Oui enfin intègre , intégriste, comme vous voudrez. C'est scandaleux honteux qu'on lui jette toutes ces boules puantes , ça c'est bien signé de la gauche. Ils ont peur de lui et ils veulent l'abattre alors qu'il a été élu par le peuple
  • Hé pas si vite Victurnien il a été élu pour représenter la droite à la primaire ! Cen'est pas l'élection présidentielle !
  • C'est tout comme... On ne va pas chicaner , il doit être président, il l'est déjà, on ne va pas lui voler sa place par un coup d'état ! Moi Victurnien , je m'y opposerai ! D'ailleurs , c'est un homme qui a des idées , un homme qui va de l'avant pour redresser la France . Diminuer les salaires, supprimer les droits des salariés , augmenter la durée du travail, reculer l'âge de la retraite , démolir la sécurité sociale , rien que du neuf de l'original, du modernisme .Supprimer cinq cent mille de ces feignants de fonctionnaires ça va de soi. Ils sont tellement nombreux là dedans , ça grouille et ça se gêne. Allez chercher un dossier à la préfecture , vous verrez . Ils sont six à se jeter dessus pour vous le remettre et se donner l'impression de travailler . Le résultat est qu'ils ont tellement tiré dessus pour se l'arracher qu'il vous arrive en lambeaux . Et les enseignants ? Vingt cinq par classe pour un élève quand ce n'est pas plus ! Et encore je ne parle pas de l'hopital . Moi je ne m'arrête plus au feu rouge devant le centre hospitalier, où vous avez toujours quatre ou cinq infirmiers en mal d'occupations qui vous extirpent de force de votre véhicule pour vous emmener mesurer la tension. Encore avez vous de la chance si quelque médecin désoeuvré passant par là ne vous diagnostique pas la myxomatose ou le phylloxéra. Supprimer cinq cents mille de ces gens la c'est bien le minimum. Si avec ça on ne fait pas baisser le chômage...
    Et j'oubliais il y a aussi faire des cadeaux , beaucoup de cadeaux aux plus riches , ça c'est bon pour la France , c'est ce qui la redressera, c'est sûr , foi de Victurnien... D'ailleurs il se sacrifie déjà le brave homme puisque quand il n'est pas premier ministre il donne des conseils aux grands patrons pour s'en sortir, et ça marche , la preuve ça lui a déjà rapporté 750 000 Euros .
    Alors l'attaquer sur sa femme c'est abominable … Elle n'aurait pas le droit à un travail décemment payé la pauvre ? Et tout ce qu'elle fait pour lui ça ne compte pas ? Lui lire le journal , essuyer ses lunettes, lui faire le café , dire au domestique de lui cirer ses souliers , et j'en passe … Sans parler de la revue où elle avait un rôle ingrat à faire tout le travail dans l'ombre sans jamais se montrer , écrire des tas d'articles sans jamais les faire lire . Ca ne valait pas cent mille Euros ?
    Allons qu'on arrête avec ça , qu'on l'élise tout de suite, le Fillon pas besoin d'en faire toute une histoire puisqu'il a été désigné.
  • Autrement dit vous êtes un fan Victurnien..
  • Ah ben oui ! Vous avez vu comment il les a remis en place les crétins qui voulaient le descendre ? En deux coups de cuillère à pot , trois millions de tracts, une page de pub dans toute la presse les pendules vont être remises à l'heure. Moi je crois en lui ! Mais c'est vrai qu'à moi ça me crée un petit ennui.
  • Quel ennui ?
  • Hé bê, c'est avec la Germaine ma femme. Elle est pas facile la garce ! La voilà t y pas qui me dit l autre jour : «  Dis moi vieux bourineur ça fait cinquante ans que je te prépare le marendou, que je te cire tes souliers crottés , que je te repasse tes chemises, que je raccommode tes chaussettes, que je te graisse tes tartines à la margarine anti-cholestérol,que je te tiens au courant des nouvelles en te recontant les cancans des voisins ou les gnorlhes de France Dimanche et de Paris Match , est ce que tu vas bientôt me payer ? Je pense que j'en mérite bien autant que la châtelaine ensablée, alors avec les arriérés ça va t en faire un moudélou à me donner , et tu pourras pas demander à la république de payer à ta place !
  • Pauvre Victurnien il va falloir négocier . Vous pouvez déjà monter votre parti politique.
  • Ah oui c'est une idée ça !Je la pairai comme assistante avec vos sous...       

dimanche 27 novembre 2016

Chroniques de la Cour .... Vers l'Empire nouveau?

Votre serviteur s'est tu longtemps .
En ce temps la la chronique avait été pauvre et triste . Le Hollandais n'en finissait pas de trahir les siens ni de les plonger dans le doute et l'amertume . Il n'était jusque dans son parti que ne grandît une détestation toutefois inachevée car les mécontents après avoir crié leur hargne rentraient vite dans le rang de crainte que la place ne leur fût prise .
Financiers et manufacturiers se pouvaient réjouir car les cadeaux leur arrivaient en abondance du régime afin qu'ils pussent donner du travail au peuple et lui permettre de se nourrir. Mais ainsi qu'il en a toujours été les uns et les autres n'en faisaient rien et les dons ainsi faits disparaissaient céans dans le gouffre sans fond de leur avidité .
Ainsi les pauvres s'en trouvaient plus pauvres et les riches se gorgeaient des richesses du pays.
L'ancien Empereur détrôné se réjouissait fort dans l'ombre des malheurs du peuple car il sentait la revanche approcher . Il attendait son heure en chassant d'un revers de main les juges qui tournaient autour de sa petite personne comme une nuée de moustiques insolents . Il manigançait dans l'ombre pour placer ses gens afin qu'ils fussent prêts à l'attaque le moment venu. Il promettait au petit Marquis de Baroin la place de Vizir du Nouvel Empire.
Las , il ne manquait pas d 'embûches avant qu'il ne retrouvât son trône . Le Duc Jupé d'Aquitaine en premier se dressa sur sa route. A peine le vieux frondeur eût il annoncé que lui aussi revendiquait la place, que beaucoup d 'anciens courtisans dans les plus obséquieux se détournèrent de leur ancien maître pour rejoindre le Duc que l'on disait plus apte à l'emporter.
D'autres toutefois s'annoncèrent et la liste ne tarda pas à s'allonger . Le Duc de Fillon en premier, ancien Vizir de Sa Majesté, obscur, soumis aux ordres, qui avait au fil du temps signé tout ce qu'avait voulu son maître et ne s'était jamais distingué par une quelconque qualité autre que la soumission , se déclara. Cela fit rire. Tout le monde le considéra comme négligeable .
Vinrent aussi la Duchesse de Enekaème que l('on savait tournée vers la fantaisie et une certaine arrogance , et le Marquis Le Maire qui afficha la prétention de représenter la jeunesse et la nouveauté lui qui, depuis des lustres tournait dans les allées du pouvoir. Au début le jeune vieux Marquis abusa quelque naïfs qui lui emboitèrent le pas .
On vit aussi arriver le sous-aigle de Meaux , Copé, l'ami de Takkiédine émergé de la mare où il avait barboté longtemps. Lui ne venait, animé de basses intentions dont il était coutumier, que dans l'intention de vider son sac et de cracher sa haine et son ressentiment au visage de l'ancien souverain.
Enfin s'ajouta un certain Poisson dont on ne savait trop d'où il sortait et que nul ne connaissait . D'aucun pensèrent qu'il etait un descendant de la Pompadour.
Tout ce beau monde se mit en marche et s'en alla battre le campagnes afin de convaincre les manants de ses idées et de sa valeur .
Le monarque déchu s'empressa . Il se déclarait changé, mais bien vite chacun put se rendre compte qu'il n'en était rien. Son agitation croissait au fur et à mesure qu'il voyait le peuple lui tourner le dos . Il pensa qu'il se réconcilierait la plèbe en professant les idées les plus chargées de haine et de détestation entre sujets et retomba dans son ancien travers de désigner les uns à la vindicte des autres. Il n'avait point de programme et comme ses idées ne semblaent point propices a convaincre il les faisait chaque jour plus extrêmes.
Chacun n'avait d'attention et d'intérêt que pour le Duc Jupé.qui par opposition à l'ancien monarque demeurait simple et terne dans ses propos .Les manants le trouvaient convenable et oubliaient qu'ils étaient allés la fourche à la main au temps où il était Premier ministre lui faire retirer une loi contre eux.
Vint le jour du choix . Chacun était sur ses gardes . Il se fallait méfier du souverain déchu qui , par ses hommes de main le Marquis de Wauquiez et Woerth le vendeur de champs de courses tenait l'organisation du vote et que l'on soupçonnait de vouloir la faire à son avantage . Il etait décidé que les deux premiers resteraient en lice pour un duel qui se ferait la semaine suivante .
Rien n'alla comme prévu. La première nouvelle fut que l'on apprit la mort de Pépins le Bref encore une fois rejeté , humilié, foulé aux pieds , battu et écrasé. Hélas la grande joie qu'entraina cette nouvelle se trouva tempérée par l'annonce de la victoire inattendue du Duc de Fillon ; le collaborateur.
Les deux grands anciens vassaux de Sa Petite Majesté ratatinée demeurèrent en piste face à face . Copé l'ami de Takkiédine n'eut pour voix que celles de ses gens et encore ne fut il pas certain que tous lui eussent donné la leur.. Les autres furent quantité négligeable y compris le malheureux Marquis Le Maire qui, se trouvant le meilleur, tomba du plus haut...

Le peuple entra dans l'attente du duel. Le Duc Jupé paraissait d'un autre temps tant dans sa posture que dans ses idées Son visage vieilli, ses propositions anciennes , le souvenir gardé de son passage au pouvoir ne l'aidaient point à conquérir le cœur des sujets.
Fillon au contraire était de bonne mine , l'air sérieux et calme sous ses épais sourcils . Le jugeant sur l'apparence on lui prêtait volontiers plus de talent qu'à l'autre . Et ne se recommandait il pas, à l'instar de l'aristocratie de toutes les époques , de la protection divine et de l'appui de la religion sous ses formes les plus traditionnelles ?
Au moins paraissait il sincère.
Il ne lui venait pas à l'esprit de cacher que l'Empire qu'il concevait serait dur aux pauvres et avenant aux fortunés. Les pauvres devraient trimer, s'user à servir tandis que les nantis profiteraient . Il n'y aurait point de droits pour les pauvres ni de devoirs pour les riches. Le Duc comptait tailler dans l'éducation et les soins. Il ne sentait nul besoin de protéger les manants Dieu sans doute avait fait les manants et les riches pour qu'ils demeurassent ainsi et n'allassent point se mélanger et jouir des mêmes privilèges.

Ainsi allaient les choses et tous ceux qui avaient cru être débarrassés du petit agité vulgaire risquaient fort de tomber sur pire bien qu'il eût la mine plus convenable ..

.

















dimanche 18 septembre 2016

Lettres de New Akitania .... Rebonjour!

Bonjour les amis !
Me revoilà ! Ah vous vous imaginiez que j'avais cessé toute activité bloguistique ? Hé bien non ! Simplement j'avais pris du recul , dégoûté par l'actualité politique nauséabonde de chez nous . Je ne pouvais imaginer ni le retour de Sarko ni le maintien de Hollande au pouvoir . Je ne voulais pas faire partie du peuple « confié » à Sarkozy... (c est lui qui a osé utiliser l'expression!), et je ne me voyais pas non plus mettre mon destin de citoyen entre les mains de Moi président , l'ennemi de la finance... On a payé pour voir !
Je suis donc parti voir ailleurs comment ça se passe. Je me rappelais , toutes proportions gardées bien entendu , Montesquieu et les Lettres Persanes …
Mais la Perse aujourd'hui...
J'ai cherché un pays où je pouvais aller m'établir pour vous écrire et je dois dire que j'ai cogité longtemps , l'Espagne de Rajoy, la Hongrie de Orban, l'Angleterre des Anglais, l'Amérique de Trump ou d'Hillary ( c'est quand le tirage au sort ?) , le Brésil où les plus corrompus ont trouvé le moyen au nom de la lutte contre la corruption de chasser les corrompus normaux...
Je ne parle même pas du Moyen Orient où Blair, Bush, Sarkozy, et Cameron ont fait leurs petites affaires avec le beau résultat que l'on connait, sans qu'aucun d'ailleurs soit poursuivi ou inquiété par le Tribunal Pénal International …
Restaient la Russie de Poutine et l'Iran des Ayatollahs qui deviennent au fil du temps les seuls endroits encore fréquentables …
C'est pour cela que je suis parti , en fusée bio pour ne pas polluer l'espace.

Et je suis tombé en New Akitania . C'est de là que je compte bien vous faire parvenir ces rubriques pour vous expliquer comment fonctionne le pays où je me trouve., mais d'abord un peu de géographie …
La planète où je me trouve , c'est la dernière, au bout du bout de rien... Si on tombe c'est le trou noir assuré mais personne ne veut appliquer les mesures qui permettraient à la planète de rester en équilibre .
Aucun savant n'est capable de prédire la date de la chute, certains disent dans six minutes et les autres dans mille trois cent soixante douze siècles quatorze ans trente six jours onze heures cinquante trois minutes et vingt deux secondes . Les derniers ont moins de risques d'être démentis que les premiers. Sauf que les premiers ont un emploi mieux assuré parce que si rien ne s est passé dans six minutes ils reviendront sur les télés expliquer le pourquoi et prédire une nouvelle échéance avec une certitude et une arrogance intactes
Il en va de même pour les politiques . On fait appel à ceux qui ont tout raté au nom d'une idéologie et qui sont persuadés que s'ils avaient été plus loi dans l'erreur ils auraient résolu les problèmes qu'ils ont créés.
Sinon le paysage que j'ai sous les yeux est à peu près celui de mon Limousin natal , des successions de collines verdoyantes que dévalent des ruisseaux et qu'escaladent des bois de feuillus ou des prairies à l'herbe tendre. Il y a même des troupeaux de vaches rousses dans les prés , toutes broutant l'herbe dans le même sens comme le veut la loi de la nature, ce qui reste un mystère.
Il y a quand même une différence. Alors que chez nous les prairies sont souvent vides parce que les vaches sont entassées dans des fermes de mille vaches, ici on voit bien les vaches mais ce sont des vaches en carton peint parce que les défenseurs des animaux ont gagné .
Dans l'un et l'autre cas le bonheur est dans le pré … A noter qu'en Limousin la logique l'emporte puisque sur le plateau de Millevaches, on a édifié une ferme de mille veaux. On reste confondu devant l'intelligence libérale .
Ah j'oubliais de vous parler des gens . J'en vois qui passent en bas de chez moi dans la rue .En fait ils ressemblent à nos distributeurs d'essence , en tôle peinte avec un cadran numérique à la place du visage et une longue queue rétractile qu'ils se mettent dans la poche pour dormir. On reconnaît les policiers parce qu'ils ont un pistolet au bout de la queue.Les gens sont peints en fonction de leur religion de leur croyances de leur statut social, de leur parti politique. Ceux du peuple sont bigarrés de publicité et de couleurs criardes par les entreprises qui les paient en caramels mous. Les autres vont de l'or le plus éblouissant au noir le plus total en passant pas le gris le plus terne .
Voila pour le décor .

Mais il se passe ici des choses qui seraient tout à fait inenvisageables chez nous qui vivons en démocratie . C'est de cela que je veux vous entretenir dans mes prochaines lettres .

dimanche 24 avril 2016

Mon cher François , nous avons la solution.

Mon cher François ,

Je ne sais pas si tu es au courant , en tous cas tu n'en as pas l'air ou tu fais comme si, mais c'est foutu… « Qu'ei chaba ! » comme on dit chez toi en Corrèze .
Il ne te reste plus qu'à prendre le carmacron pour revenir chez toi à Tulle. Ah tu dois être mal mon pauvre , si tu n'es pas complètement inconscient , et tes petites nhorles à deux balles sont bien pitoyables en face du désastre .
Comment t'y es tu pris pour en arriver là ? Ton discours du Bourget pourtant , avec ce retentissant « je suis l'ennemi de la finance » présentait bien . Peut être que tu as un peu exagéré ce jour là. Et puis il y a eu le « moi président » qui a fait bon effet.
Mais voilà, une fois élu ça a tout de suite mal commencé . La pluie ! Rappelle toi que tu as failli fondre sous l'averse en remontant les Champs-Elysées (c'était peut être ce qui aurait pu t'arriver de mieux et à nous aussi ). Tu aurais pu tout bêtement t'abriter comme n'importe quel bestiau quand il sent qu'il pleut sur lui. Ou prendre un imperméable... Mais non tu as tenu à être ridicule dès le premier jour et à abîmer d'un coup ton image présidentielle .
Ensuite il y a eu l'affaire Léonarda , Et puis tes histoires de cœur étalées en plein air . Ta façon « gougnafière » de liquider Trierweiler pour donner cette image ridicule de toi casqué sur ton scooter.
Tout cela mon pauvre suffisait à te disqualifier comme Président ,à dévaloriser l'image d'un homme qui devrait forcer le respect au lieu de se rendre ridicule .
Par dessus tout il y a eu ta politique, dure pour les gens, généreuse avec les fortunés et les nantis. Là je résume parce que des pages et des pages n'y suffiraient pas pour te dire toutes les colères toutes les déceptions ressenties , toutes les hontes rentrées rien qu'à l'idée que nous avions voté pour toi.
Toute cette politique de trahison devait donner un résultat . Ne nous promettais tu pas jour après jour, à chaque mesure contre le peuple , l'inversion de la courbe du chômage . Et qu'avons nous vu venir ? Rien
Alors voilà . Tu es foutu et bien foutu. Plus d'espoir . A moins que ….

Hé oui, moi, bon prince et pas rancunier, j'ai peut être une solution et je peux t 'en faire profiter.
J'ai trouvé ce matin dans ma boite aux lettres le prospectus du fameux Professeur Sambala . Voilà un homme qui pourrait te sortir du trou où tu t'es mis .
Ce Professeur Sambala est d'une efficacité remarquable dans les retours d'affection. Je pense qu'au point où tu en es dans les sondages sa science pourrait te servir . Un exemple : la mère Michu de Chez-Picassou, dans les Basses Alpes était détestée de tout le village . Même les gens de sa famille ne lui adressaient plus la parole . Elle ne dépassait pas les quinze pour cents de popularité. Tu t'imagines la honte ? Hé bien , une intervention du Professeur Sambala et d'un coup d'un seul elle est remontée a soixante pour cents !
Malheureusement ton cas est plus grave tu es au fond du gouffre, et toute la science du médium serait insuffisante pour te ramener à la surface, mais tu pourrais au moins gagner quatre points en faisant appel au Professeur.
Le retour d'affection n'est pas la seule spécialité du génial Professeur. Notre homme s'occupe aussi du désenvoûtement . Hors d'ici Macron ! Voila qui serait utile pour te donner enfin la force de te débarrasser enfin de ton obligé.
.Plus de Macron, plus de Valls. Le bonheur... Oui mais qui pour les remplacer ? Peut être le Professeur Sambala en personne ?
Le médium de très grande réputation, ce qui mieux que n'importe quel diplôme en dit long sur sa science, peut résoudre aussi les problèmes familiaux . Voila les frondeurs qui rentrent au bercail en troupeau . Ca c'est facile .Mais il peut ramener aussi Montebourg, Hamon, Taubira , et pourquoi pas Filoche si tu y tiens...
Comme tout a des limites, il faudrait quand même lui dire de mesurer sa force pour qu'il ne te fasse pas revenir Trierweiler !
Il y a une chose dont le Professeur Sambala ne parle pas , c'est l'inversion de la courbe . Peut être qu'on ne lui jamais demandé d'essayer Ou peut être n'est ce pas son domaine. Sinon il aurait bien casé « inversion des courbes » entre la puissance sexuelle (s'il te plait dis lui de ne pas s'occuper de ça , on a déja eu DSK), et la chance aux jeux.
Mais je suis certain que tu connais quelques spécialistes des courbes qui trouveront les ajustements statistiques nécessaires à une apparence d'inversion , le temps que tu sois réélu.
Allez mon cher François , bon vent avec le Professeur Sambala à la barre du pédalo.


dimanche 3 avril 2016

Victurnien Pétassou se penche sur les verts

  • Alors Victurnien , vous la connaissez Barbara ?
  • Barbara ? La chanteuse ? L'aigle noir ? Dis quand reviendras tu ? Gottingen ?
  • Non non pas celle ci, la vraie , l'actuelle , la verte, l'écolo , la sous ministre de la biodiversité...
  • Ah oui je vois , mais laquelle ? L'écolo ou la sous-ministre ?
  • Mais c'est la même , voyons !
  • Ah bon ? Je ne la connais pas personnellement , non je n'ai jamais eu l'honneur de lui être présenté mais ca ne peut pas être la même . Je vous assure qu'il y en a au moins deux , peut être même trois .
  • Pourquoi dites vous ça ?
  • Hé bien, il y a une Barbara qui était députée et qui s'est beaucoup investie dans le lutte contre le round-up l'insecticide tueur d'abeilles .Elle était remontée comme un coucou contre son utilisation.
    Alors que la sousministre est venue l'autre jour expliquer aux parlementaires qu'il était nécessaire et urgent de ne pas interdire le round up qui est une très bonne et même une excellente chose pour la France et les Français, et qu il serait vraiment idiot de s'en priver , alors que le miel est une saloperie qui colle aux doigts .
    Le lendemain ou deux jours après , c'est encore cette courageuse écologiste qui a plaidé pour que l'huile de palme dont on connait les bienfaits ne soit pas taxée au taux prohibitif où on voulait le faire , mais dix fois moins afin que nos honorables industriels de l'agroalimentaire puissent en charger leurs petits plats d'antan. Certes ce produit de luxe provoque un peu de déforestation dans les endroits où il est cultivé intensivement , mais il est tellement bon pour la santé que ça en vaut le coup ! Foi de Victurnien Pétassou.
    A croire que les socialistes le font exprès d'envoyer leur domestiques verdâtres manger les couleuvres pour les humilier
    Ces verts défroqués de la verdure sont magnifiques . Pour le bien des français il sont prêts à renier tout ce qu'ils adoraient la semaine d'avant
  • C'est quoi le bien des Français,Victurnien ?
  • Hé bê ,c'est simple . Pour faire notre bonheur, il nous faut juste quelques sous ministres verts avec chauffeur et voiture de fonction. On n'est pas tres difficiles nous autres. Là avec une ribambelle de secrétaires d'état aux pois cassés ou à l'illusion d'optique on est super heureux.
    Regardez le sénateur Placé , vous l'embarquez sur un pédalo qui prend l'eau , vous le nommez sous-ministre de l'instant qui passe, et tout de suite vous sentez que le pays va beaucoup mieux . En coulant , il se rend compte qu'il n'est pas à gauche...
  • Il est où ?
  • Au centre paraît il , il l'a toujours été mais il n'osait pas le dire .
    Et maintenant que Hollande l'a pris avec lui sur le pédalo, il assume . Vu ce qu'est cette gauche là , on a peur de savoir ou est le centre ...Mais enfin Placé ne se satisfait pas de son sort, il veut être gagnant sauf qu'il n'a sans doute pas choisi le bon ticket vu les craquements sinistres de l'embarcation .
    N'importe, il est heureux, dans son carrosse avec chauffeur, pénétré de son importance .
  • Votre conclusion Victurnien ?
  • Hé bê je pense que l 'écologie ce n'est pas l'affaire d'un parti mais de tout le monde , et que ca devrait préoccuper tous nos dirigeants. Mais ils s'en foutent et ne font que leur cinéma pour avoir l'air de...
    Malheureusement s'il y en a qui s'en foutent encore plus que les autres, c'est bien les verts.

dimanche 28 février 2016

Une triste histoire de shadocks (d 'aprèsl'oeuvre de Jacques Rouxel )

En ce temps là les shadocks pompaient
Il y avait les shadocks pompeurs de lait qui pompaient du lait pour désaltérer les gosiers assoiffés des bébés shadocks...

Et ils pompaient , ils pompaient...
Derrière eux il y avait le shadock Beulin qu criait au scandale parce que l'état shadock avait calculé la quantité de lait que pouvaient ingurgiter les gosiers assoiffés des bébés shadocks, et que l'état shadock limitait pour chacun la quantité de lait qu'il avait l'autorisation de pomper.
« Amis shadocks, criait le shadock Beulin ,vous n'êtes pas libres !
  • Non criaient les shadocks en pompant.
  • Croyez vous , que c'est à l'état shadock de nous réglementer en nous empêchant de pomper tout le lait que nous voudrions ? Hurlait le shadock Beulin
  • Non ! Criaient les shadocks en pompant.
  • Si vous pouviez pomper tout le lait que vous voulez, vous seriez riches ! Criait le shadock Beulin
  • Oui ! Criaient les shadocks en pompant .de plus belle.
  • Sus à l'état shadock qui nous empêche d'être libres , hurlait le shadock Beulin.

Et les shadocks arrêtaient pour un moment de pomper du lait pour rassasier les gosiers assoiffés des bébés shadocks et allaient casser les baraques en brique de l état en criant « Nous voulons la liberté et plus les controles tatillons de l'état ».

Le lait que pompaient les shadocks allait dans des tuyaux que l'on appelait « grande distrib »,qui étaient tenus par les gibis, et les gibis remettait en échange aux shadocks une somme qui était fonction de la quantité de lait que chaque shadock avait pompée.
 Comme la quantité était limitée, la somme remise était limitée aussi et les shadocks furieux revenaient casser les baraques en briques que l'état avait faites reconstruire aux frais de tout le monde.

« Si nous avions un état libéral disait le shadock Beulin, vous pourriez pomper autant que vous le voudriez, il ne se mêlerait de rien , il n'y aurait plus de ces règlements idiots ni de ces interdictions stupides, les bébés shadocks pourraient pomper même la nuit sur de petites pompes à leurs tailles ce serait le bonheur. »
Les shadocks approuvaient , et plein d'espoir pompaient à qui mieux mieux mais lorsqu'ils avaient atteint le quota ils ne pouvaient plus pomper . Cela les mettait très en colère et ils allaient casser encore une fois les baraques en brique reconstruites aux frais du peuple shadock..

Or voilà qu'un jour l'évènement tant attendu se produisit . Lors des élections , le gouvernement fut remplacé par un gouvernement shadock-libéral. Ce fut une grande joie . Les shadocks étaient si contents qu'ils allèrent casser les baraques en briques de l'état.
Le gouvernement shadock-libéral se hâta au nom de la liberté, de la libre concurrence, de la loi du « fais-ce-que-tu-veux, n'importe quoi de préférence » qu'ils venaient d'inscrire dans la constitution shadock, et de la primauté de l'offre, de supprimer les quotas de lait.
Aussitôt les shadocks se mirent à pomper, à pomper, à pomper, jour et nuit sans trêve et sans relâche. Les grands mères shadocks, les pépés shadocks jusqu'à plus d'âge, les bébés shadocks dès qu'ils sortaient du berceau tout le monde pompait sous l'oeil amusé des gibis qui eux étaient capables d'anticiper la fin de l'histoire et s'amusaient follement.
Ce qui devait arriver arriva . Les gosiers assoiffés des bébés shadocks se trouvèrent d'autant plus pleins qu'à force de pomper les shadocks en oubliaient de faire des petits, et les tuyaux de la grande distrib n'arrivaient plus à contenir tout le lait pompé par les shadocks .
Alors les gibis qui étaient maîtres de la grande distrib décidèrent de ne plus accepter que le lait qui leur serait proposé au prix le plus vil . Les cours s'effondrèrent . Ce fut la misère .
Les shadocks ne pouvaient plus rembourser l'argent qu'ils avaient emprunté aux gibis pour acheter les pompes .
Alors ils allèrent casser les baraques en briques de l'état shadock libéral en demandant à l'état d'acheter le lait , de leur donner des indemnités pour compenser la chute des cours , enfin de venir à leur secours .
El les gibis de grande distrib qui achetaient le lait à vil prix pour le revendre au prix fort pour augmenter leurs marges se tordaient de rire, en voyant des plus en plus de pauvres shadocks se jeter dans le vide .
Le shadock Beulin hurlait : «  C'est l'état qui vous a mis dans la panade, c'est à lui de vous en sortir !
Cassez les baraques ! »
Sauf que les pauvres shadocks n'avaient plus la force de casser les baraques de l'état, que d'ailleurs faute d'argent qui ne rentrait plus dans les caisses on n'avait pas pu les reconstruire, que les shadocks qui pompaient des briques se retrouvaient sans travail et sans argent pour acheter le lait nécessaire aux gosiers assoiffés de leurs bébés.

Les gibis eux savaient qu'il n'y a rien à attendre de l'état libéral et qu'ainsi finissent de façon pitoyable toutes les aventures de ce genre...

vendredi 5 février 2016

Chroniques de l ' Empire défait: Quand l'Empereur écrivit

Oh miracle ! Oh merveille des merveilles ! Oh mânes des grands auteurs !
En ce temps là le petit Empereur déchu se mit à l'écriture .Le maigre carré qui lui restait de fidèles entre les fidèles s'esbaudit. On attendit l'oeuvre grandiose qui allait naître des six cerveaux rougeoyants. On imaginait l'impérial front plissé sous l'effort, les épaules tressautantes, l'auguste chef agité de tous côtés,...
Chacun attendait . Ce ne pouvait être qu'un chef d'oeuvre qui ouvrît toutes grandes les portes de l'Académie .
 Ce ne pourrait être moins que Ponson du Terrail, Eugène Sue, Georges Ohnet , Max du Veuzit...
On se questionnait sur l'objet . Seraient ce des mémoires comparables à celles du Chevalier d'Artagnan ? On en voyait le titre : « Mémoires éloquentes et éducatives de Paul Bismuth. »
Une chronique ? « Les miraculeux et admirables faits du règne de Pépins le Bref . »
Un pamphlet ? «  Les mille et un méfaits du Duc Juppé d'Aquitaine, le félon »
Un récit picaresque ? ; « Comment j'ai vaincu le Grand Mamamouchi et ce qu'il en est advenu. »
On eût pu voir plus, car les sujets ne manquaient point pour que le souverain déchu pût étaler son talent à la face du monde et en convaincre les gens qui ne le voulaient plus supporter comme maître.
Puis vint le moment ou l'ouvrage parut aux étals des libraires. Le parti impérial ordonna à ses ouailles de courir sur l'heure l'acheter en criant au miracle avant même que de l'avoir lu.Toutes les gazettes en publièrent les meilleurs passages, et tous les baratineurs de coins de rues en entretinrent leur auditoire.
Votre serviteur vous doit ici faire une confession. Craignant une indigestion de grande littérature trop ésotérique, et par dessus tout trop avare pour gaspiller les quatre sols deux deniers de l'achat , il s'est retenu d'acquérir l'oeuvre . Cependant, formé aux dures écoles des gazetiers de notre temps , il lui est fort loisible de vous en parler sans l'avoir aucunement lue.
Ainsi donc chacun sait que le petit empereur renvoyé , ne s'exprime pas dans l'absurde et médiocre visée de reconquérir un trône sous lui retiré par de mauvais sujets peu reconnaissants de ses bienfaits et qui lui préférèrent l'usurpateur . Que nenni ! Il n'a point trempé sa plume pour cela . Qu'on lui en fasse crédit.
Il a seulement écrit, poussé par ses regrets , bourrelé de remords, accablé sous le faix de ses fautes.N'ayant point de ceinture de silice à portée de main pour se mortifier, il n'en vit le moyen que dans l'écriture.
L'empereur se vit homme plutôt qu'empereur pendant trop longtemps . Il se reprochait fort d'avoir insulté un pauvre hère qui lui avait manqué de respect . Il eût du le faire mettre aux fers et qu'on n'en parlât plus .
Il regrettait d'avoir embarqué sur le yacht d'un riche homme d'affaires pour un voyage en mer à lui offert par le milliardaire. Il avait eu grand tort et le déplorait. Il n'était plus le même . Jamais à présent telle infamie ne se produirait.
Or il s 'avéra que lors même que son livre était à l'impression chez Plomb, un cortège aux armes du sultan chélifien vint prendre toute la famille pour l'emporter en séjour en un palais de ce prince. L'ancien empereur se trouva fort marri que cette entreprise se sût par la faute de l'Aiglon Impérial au moment où paraissait son œuvre, rabaissant ainsi à zéro son entreprise de mea-culpa ...
Pour le reste , le souverain déchu se rengorgeait de sa propre politique . Son seul regret était de n'avoir osé suffisamment affamer les pauvres au profit des riches et de ne point avoir assez rogné les droits des sujets et les avoir fait trimer plus longtemps .
Il avait eu grand raison de libérer la terre orientale du Mamamouchi qu'il avait accueilli avec tant d'honneurs et de cérémonies en les jardins du palais impérial pour le faire ensuite trucider et que finalement son malheureux pays fût livré à lla plus sanglante des anarchies.

Mais il reste encore bien des choses a dire qui ne paraissent pas dans le premier tome de ces mémoires .
Il nous faudra attendre le second tome ou le troisième pour que le prince nous y entretienne de l'affaire Bismuth , de l'affaire Buisson , de l'affaire Tapie, de l'affaire Bygmalion et de quelques autres diligentées par des juges haineux et dans lesquelles Sa Majesté ne fut jamais pour rien .
Ces excès de juges qui fouillent trop et cherchent en des lieux qu'ils n'ont pas à connaître fut au temps de l'Empire proche d'être réglé par la suppression des dits juges. Malheureusement pour le souverain d'alors la chose ne put être menée à son terme.
Si , par la grâce de Dieu l'Empire nous revenait un jour il n'est aucun doute que ce point serait l'un des premiers réglés.




vendredi 22 janvier 2016

Eternels mécontents

Je le dis tout net , ce gouvernement de gauche me ravit..
C 'est vrai , Le Foll est qui s 'y fie a raison , nous, la gauche de gauche, nous ne sommes jamais contents . Toujours insatisfaits, toujours à rouscailler pour un si ou un mi...
Alors que franchement, la gauche de droite responsable fait son travail il faut bien le reconnaitre , dirigée avec abnégation, scrupule et compétence par Mister chef de guerre, l'ennemi de la finance lui-même, Moi Président aux douze travaux d'et recule. Quand je pense qu'un fou de gauchiste illuminé a osé traiter cet homme la de « chef de pédalo » !Chef de pédalo ?
Sur les champs de bataille , l'air martial , le regard sévère, la taille prise dans son costume du dimanche , il resplendit , auguste !
Et les mesures? Comment s élever contre tout ce que mettent en place ces gens de gauche de droite pour notre bien, pour nous sauver de la misère des riches ?
Les cadeaux sans fin aux patrons ? C'est pour le peuple, uniquement pour lui. Comme l'a dit le merveilleux Macron , les patrons risquent tout . C'est vrai ! Ce sont des réflexions comme celle du fabuleux ministre , qui nous font bien saisir ce qu'est la gauche.
Les salariés n'ont plus rien à perdre, que leur travail quand ils en ont un. Mais se retrouver sans rien c'est beaucoup moins grave pour un pauvre , il ne tombe pas de haut.
Qui plus est , s'il n'a plus de travail il ne fait plus rien. En vacances toute l'année . Ce n'est pas un miracle, ça ? Veinards. C'est pour cela qu'il serait bien de réduire les indemnités chômage comme le préconise la cour des comptes et son merveilleux chef de gauche. Ah, Migaud !
Les chômeurs n'ont qu'à se décarcasser pour trouver du boulot. Ce n'est pas eux qui vont inverser la courbe du chômage, ils ne font rien pour, les feignants !
Quant à tous ces trucs compliqués, ces articles du code du travail où les patrons se perdent il faut éclaircir tout cela. La gauche de droite a de merveilleux éclaircisseurs de code du travail et de suppresseurs de tous ces garde-fous de protection des salariés qui gênent les patrons pour embaucher à leur guise et licencier selon leurs vœux.
Moi je confierais bien la tâche à Macron qui s'y entend .
Dans notre naïveté nous avions cru que nos ancêtres qui avaient arraché par leurs luttes les droits à travailler et à vivre dignement de leur travail nous avaient transmis ce bien précieux. Quels imbéciles ! Heureusement que les socialistes ont une vision de gauche prompte à nous remettre dans le droit chemin .
Jusqu'à ces malheureuses trente cinq heures miss en place par la révolutionnaire lilloise enflammée qu'il est urgent d'abroger. La gauche de Sapin a bien compris que moins il y a de travail plus il faut forcer ceux qui en ont à travailler plus dur et plus longtemps pour lutter contre le chômage.
Les idiots qui râlent tout le temps pensaient eux qu'il vaut mieux créer des emplois.
Mais c'est aussi la faute des syndicats. Le Guen de gauche a dit qu'il y en avait trop. Les salariés sont trop défendus . Pourquoi ne pas profiter de l'état d'urgence pour interdire toutes ces engeances malfaisantes ? Sauf une, le MEDEF par exemple, qui est si méritant .

Mais ce qui me rend par dessus tout fier de notre gauche de droite , c'est sa réussite en matière démographique. Certes le mérite n'en revient pas qu'à elle , néanmoins c'est elle qui en retire les fruits . Pour la première fois depuis soixante ans l'espérance de vie a diminué chez nous. Les râleurs de la gauche de gauche vont encore lever les bras au ciel en hurlant que le rôle d'un état est plutôt de protéger les citoyens que de les voir trépasser avant l'heure .
Mais quand même reconnaissons qu'il s'agit là d'une belle victoire économique . L'industrie du cercueil en plein boum, et le problème des retraites bientôt résolu. Sans compter que la courbe des décès en pleine croissance finira par inverser la courbe du chômage.

Alors les grognons , vous ne pourriez pas être satisfaits , non ?

dimanche 3 janvier 2016

Lettre à une entrepreneure

Chère Madame …
Je ne vous connais pas, j'ai bien lu votre nom quelque part mais je ne l'ai pas retenu. Vous êtes entrepreneure ou entrepreneuse , à la tête de votre site de vente on-line.
Je ne sais même plus ce que vous vendez.
C'est bien .
Vous êtes jeune, c'est bien aussi, je vous félicite. Dépêchez vous, ça ne dure pas autant qu'on croit .
Vous savez tout ce qu'il faut faire pour sortir la France du gouffre dans lequel elle s'est enfoncée. Vos idées sur ce point sont claires et nettes. Ce sont des idées jeunes.
D'abord dites vous il faut « jeter aux orties » - ce sont vos propres termes -, le code du travail , les 35 heures, les impôts , tout ce fatras qui empêche notre pays d'aller de l'avant .
Il faut engager de grandes réformes en cassant tout ce qui existe tout ce qui a permis à nos grands-parents, à nos parents , à force de luttes d'acquérir une vie à peu près digne.
Voilà qui va nous faire progresser.
A vrai dire en lisant vos idées jeunes , il me semble que je les ai déjà entendues quelque part , et que pour une bonne part d'entre elles elles ont déjà été mises en œuvre par les gouvernements de droite successifs qui s'en sont pris au peuple pour favoriser ces pauvres actionnaires si méritants dans les risques insensés qu'ils prennent pour se faire un maximum de pognon.
Un exemple ? Ces quarante milliards arrachés au peuple pour les jeter sans contre partie dans le trou sans fond de l'avidité libérale. Oh pas à vous, je sais bien. A vos grands , très grands confrères...Avec quels résultats ? Encore plus de pauvres aux restos du cœur et des matelas de billets plus épais pour amortir les chutes des plus grands...
Quand va t on enfin pouvoir faire comprendre au peuple que les soi-disant « charges » si honnies et que nos impôts sont les gages de la solidarité entre les citoyens, d'un service de santé qui fonctionne, d'une éducation qui apprend aux enfants à penser, d'une justice à peu près rendue, d'une police qui veille ?
Vos propos que vous croyez jeunes sont en fait les vieilles lunes d'un ultra libéralisme qui a failli partout et qui nous conduisent droit à un désastre économique et social et à des aventures incontrôlables..
Cette haine de l'état qui transparaît dans vos propos ne viendrait-elle pas d'une amertume personnelle à son encontre ?
Moins d'état, clamez vous comme tous vos amis ultra- libéraux , moins de contrôles.
Faites nous confiance Nom de Dieu, hurlait le baron Seillères.
Mais oui ! Moins d'état c'est plus de cheval avarié dans les raviolis au bœuf, c'est la porte ouverte aux truandages, aux mensonges de toutes sortes, aux combines, aux capitaux illicites, aux tribunaux organisés entre copains , aux grands arrangements...
Comme l'autre disait que l'instituteur ne vaudrait jamais le curé, vous dites que le public ne vaut pas le privé . Sans doute avez vous raison, pour ce à quoi est destinée l'entreprise privée, à savoir rapporter du pognon. Là encore il est bon de rappeler que les finalités ne sont pas les mêmes.
La mission du service public est avant tout de rendre service ce qu'il fait souvent de plus en plus mal tant on le prive de personnel et de financement Ce sont vos amis qui ont taillé dedans par idéologie et par appât du gain. Les choses pour autant, se sont elles améliorées ?
Alors je vais vous dire quand on aura appliqué toutes vos belles théories, vos amis patrons pleureront encore que ce n'est pas assez et qu'il faut aller plus loin. Que faudra t il faire ? Rétablir le servage ? Remettre au travail les enfants de huit ans comme au bon vieux temps , quand les entrepreneurs refusaient obstinément que l'on interdise leur emploi dans les mines sous prétexte que cela ruinerait l'industrie et que les enfants étaient les seuls à pouvoir se glisser dans les boyaux étroits ?

Peut être devrait on en revenir au temps de l'esclavage. Plus de salaires à verser, le bonheur !

lundi 7 décembre 2015

Tristesse

Depuis un certain temps j'ai abandonné ce blog.
 Abandonné ? Non pas vraiment . Chaque jour j'y pense , j'ai des idées je me dis que je vais écrire, et les jours fuient, le temps passe, chaque heure nous rapproche d'un désastre bien prévisible et dont tous les éléments sont bien en place.
Le moment n'est plus au rire.
Il y aurait tant de choses a dire que je ne sais plus trop comment les ordonner.Il y a eu le crime, les atrocités d'un soir de Novembre, le temps de l'horreur, de l'émotion, du deuil qui est celui de chacun et celui de tous, ce temps nécessaire du recueillement.
 Puis est venu le temps officiel , celui du pseudo rassemblement orchestré pour surfer sur l'émotion, celui des poitrines bombées et des mentons carrés... Celui des symboles Marseillaise et drapeau obligés sous peine de passer pour un mauvais patriote. Bizarre pour un état qui a violé le suffrage universel pour s'engloutir dans l'Europe du pognon, des lobbies de l'austérité .
 Etrange paradoxe... N 'aurions nous pas dû chanter l'Hymne à la joie, et brandir le drapeau à étoiles de l'Union ? 
Il faudra bien que vienne le temps des questions, et le temps des réponses s'il n'est pas top tard, si l'état d'urgence, ou quelque dictature, ou les deux n'interdisent pas de les poser .
Déjà la prochaine fois, puisque le premier ministre nous a garanti qu'il y aurait une prochaine fois, et d'autres après, la prochaine fois, l'horreur arrivée, que pourront ils nous sortir encore mieux que celle ci ? Faire craquer les boutons de leurs vestes à force de gonfler leurs poitrines martiales ? Se démantibuler la mâchoire? Bombarder qui, où, comment , dans l'urgence et l'impréparation ?
Qui est responsable ? Il faudra s'interroger . Bush et Blair les menteurs on le sait, pour avoir semé le désordre et la violence dans tout le Moyen Orient. Combien de morts ?
Quel est l'homme, qui, chez nous s'en est pris aux services publics, diminuant le nombre de policiers, supprimant la police de proximité, démantelant les services de renseignements ? Ou est le karcher d'Argenteuil ? Et ça oserait donner ses conseils et ses leçons ...
Que fait l'Europe ? Rien . 
Schengen est une chose formidable qui permet aux truands, a la viande de cheval avariée et aux capitaux maffieux de circuler librement et au prolétariat sous-payé des régions pauvres de venir casser le marché du travail chez les moins démunis . Les terroristes y naviguent tranquillement et on retrouve partout leur trace ...quand le crime est commis
Car il faudra bien aussi se poser des questions sur les politiques suivies , (et pas seulement dans le domaine du terrorisme). 
C'est bien de réprimer et d'aggraver les peines après chaque crime odieux. L'ennui est bien que lorsqu'on réprime , l'acte irréversible a été commis . Les caméras n'arrêtent rien. L'arrestation d'un criminel odieux fait plaisir au peuple et fait monter les sondages.
Par nature la prévention ne rapporte rien et coûte cher, en hommes et en argent. Mais c'est pourtant le seul moyen . Elle commence par l'éducation et il y en a pour une génération au moins pour réparer les dégâts commis par nos politiques irresponsables. Il faut bien reconnaître que Sarkozy surtout (encore lui!) a aggravé une situation que d'autres avaient commencé à créer et que Hollande n'a rien réparé, ou si peu.. .
Il y a eu aussi une politique étrangère inconséquente , voire incohérente si ce n'est intéressée.

 Avec De Gaulle et Mitterrand , voire Chirac, nous avions une politique étrangère forte , des alliances solides, une indépendance reconnue .Sarkozy , toujours lui poussé par son américanisme primaire a cru bon de nous inféoder à l'OTAN . 
Finie l'indépendance. Notre pays a disparu d'un coup de la carte des grandes puissances . Europe et OTAN conjuguées ont anéanti notre originalité, notre façon de vivre. Le célèbre discours de Villepin à l ONU est inconcevable aujourd'hui . D'alliés difficiles mais fiables, nous sommes devenus vassaux inconséquents.
 Nous ne vivons que de marchés, peu importe le client, et malheureusement aussi de guerres improbables d'interventions hasardeuses sous le coup de l'émotion .
Il n'y a plus que des mots et des stratégies miteuses pour la prochaine échéance électorale . 
C'est tout ce qui compte pour eux, et pendant ce temps les nuages s'accumulent...Ils ne voient rien venir.
Je suis pessimiste pour l'avenir



dimanche 1 novembre 2015

Chronique de l'empire défait : le monarque et le Tsar

En ce temps là le petit empereur déchu fit seller son poney le plus rapide pour s'en aller trouver le Tsar de toutes les Russies en son palais et y déblatérer à sa guise contre le Hollandais et la politique de son pays.
L'ancien empereur ce faisant affichait une fois encore le mépris dans lequel il tenait les traditions et devoirs qui tiennent un homme d'état respectable à ne point médire de son pays depuis une terre étrangère.
Le maître du Kremlin heureux de se pouvoir ainsi venger des avanies que lui avait infligées le Hollandais l'accueillit avec les honneurs dus à un chef d'état, l'entoura de sourires et l'écouta débiter ses théories sur les guerres qui enflammaient l'Orient à propos desquelles l'ancien souverain savait tout et connaissait les moyens d'en sortir . 
Le Russe dans sa mansuétude, oublia de rappeler à son visiteur si habile et expert dans les solutions des conflits, sa malheureuse histoire avec le Mamamouchi, et l'état de la Libye débarrassée du tyran par les troupes impériales et le philosophe bouffon Bêhachèlle.
Les effusions faites, les flagorneries échangées Sa petite ancienne Majesté, qui n'avait point oublié de convoquer les gazettes pour y faire étalage de sa suffisance s exprima comme s'il eût été le seul maître de l'ancien empire, et après avoir déclaré qu'il n'était point homme à critiquer celui qu'il tenait pour usurpateur d'avoir été désigné à sa place, il s'empressa dans l'instant suivant à le traiter mal.

C'est que les affaires ne se présentaient pas au mieux pour lui dans sa tentative de reconquérir le trône qu'il pensait lui appartenir de droit et qu 'il considérait volé par le Hollandais..
Certes le Hollandais discrédité par ses mensonges et l'abandon en lequel il avait éloigné le peuple de lui, n'était plus de taille à lui barrer la route.
Mais d'autres se dressaient sur le chemin,venant des rangs meurtris de l'ancienne cour impériale. Une fronde s'était déclarée en laquelle chacun jouait sa partie.
Il y avait là des courtisans déçus ou rabroués comme la Morano qui avait été sa fidèle et qui, mise à l'écart pour avoir proféré des propos absurdes dont elle était coutumière pensait utiliser à satiété son pouvoir de nuire à son ancien maître. Encore serait elle aisée à convertir le moment venu moyennant quelque signe de considération.
La Marquise de Enekaème paraissait plus sérieuse mais son audience auprès du peuple était faible et le risque ne venait point d'elle.
L'ambitieux Marquis le Maire qui avait des idées, ne présentait pas de danger non plus quoi que son audience encore faible pût affaiblir celle du prince. Sa froideur et sa glaciale apparence ne lui pouvaient que nuire.

Restaient les grands vassaux ,prêts à la guerre.
Le Duc de Fillon pour avoir été durant cinq années le collaborateur de sa Majesté et l'avoir servie sans que jamais la moindre idée d'opposition aux désirs de son maître ne fût venue lui hérisser le sourcil en connaissait les faiblesses. On se pouvait interroger de son courage à combattre car il n'avait point montré de fortes convictions en ce domaine et qu'il était des plus sournois dans les coups qu'il délivrait .

Restait le Duc Juppé d'Aquitaine, grand seigneur s'il en est, blanchi sous le harnois et qui peut être se fût passé de cette rébellion si l'ancien Empereur, par des propos stupides à son encontre ne l'eût poussé à se déclarer et n'eût excité son courroux, qu'il avait froid mais tenace.
L'empereur déchu pensait écarter l'importun en arguant de son âge dès lors que lui, avait encore une enfant jeune, mais cela n'avait point de prise sur le Duc ni sur le peuple qui le préférait à l'ancien monarque .
Sa Majesté répudiée se mit en quête de chausse-trapes, pièges, embuscades et traquenards propres à couper la route à l'intrigant qui le voulait supplanter. Mais le Duc Juppé qui se méfiait des agissements de son ancien suzerain était de taille à détourner les coups.
Lequel allait l'emporter ?

Le plus extravagant est qu'ils eurent l'idée de donner ensemble spectacle en la ville de Limoges pour montrer aux niais leur bonne entente.
Nulle bouffonnerie, nulle commédia dell'arte, ne purent jamais rivaliser en comique et en hypocrisie avec ce spectacle là. L'ancien monarque y trouva moyen de délivrer l'une de ces formules dont il avait le secret et à laquelle personne ne comprit rien...
Les exégètes les plus habiles en décryptage du langage princier y perdirent leur latin. L'idée vint au plus expérimenté d'entre eux de s'aller jeter à la Vienne . Fort heureusement l'eau lui parut trop froide.
.           

.           

samedi 17 octobre 2015

Les commères du marché: ambassadeur au Vatican, littérature, Sarkozy


  • Alors Madame Chapou coumo vaï co ?
  • Comme ça peut Madame Bidou, c'est l'automne, on se gèle , les feuilles tombent, ils n'ont pas encore annoncé la neige mais ça ne saurait tarder, mes rhumatisses me chatouillent, c'est la misère quoi !
  • Oh il y a bien plus miséreux que vous ma pauvre !
  • Hé bê chacun a ses misères, le quitte pape a les siennes c'est sûr.
  • Ah ça voui, face aux mécréants de votre genre il doit bien souffrir le pauvre..
  • Avez vous vu qu'il a refusé l'ambassadeur du rouge ?
  • Voui le François rouge voulait lui imposer un ambassadeur zomo . Celui la il ne recule devant rien !C'est une honte !
  • En même temps ça n'aurait pas changé grand chose au Vatican . Celui là on l'aurait juste reconnu parce qu'il ne porte pas la soutane . Mais s'il est beau garçon c'est vrai qu'il aurait pu déconcentrer les autres pendant la messe.
  • Jésus Marie Joseph, ne commencez pas vos blasphèmes ma pauvre !
  • Oh vous savez moi ça ne me gêne pas, ils font bien ce qu'ils veulent là-bas et je trouve plutôt bien que votre pape bénisse tout le monde . D'ailleurs votre François je le trouve plus sympathique que le nôtre.
  • C'est justement ce qui nous inquiète nous, les vrais croyants . Il est trop bon !
  • Ah ça,trop bon pour une grenouille de bénitier comme vous... Et qui ils vont y mettre comme ambassadeur au Vatican alors puisqu'il veut pas du zomo ?
  • Il paraît que ça serait une femme.
  • Hé bê ! Pas une zomo au moins ?
  • Que Dieu vous pardonne ma pauvre, vous ne savez pas ce que vous dites. Ce sera une femme qui sera acceptable pour le Très Saint Père
  • La Boutin peut être ?
  • C'est une bonne chrétienne qui a beaucoup de valeur mais je ne crois pas que c'est elle . Elle a écrit un livre très intéressant.
  • Vous l'avez lu ?
  • Non ,elle a pas eu de chance la pauvre elle n'en a vendu que trente huit ! Et pourtant ça devait être très intéressant.
  • Vous auriez dû le vendre à la sortie de la messe.
  • Heureusement que Monsieur Fillon lui, a beaucoup plus de succeès avec le sien.
  • Ah il a écrit un livre lui aussi ?
  • Voui Ca s'appelle « Faire » et ça se vend très bien paraît il.
  • Ca ne m'étonne pas ! « Faire » c'est sûrement un livre de recettes contre la constipation...
  • Voui . En tous cas il en vend tellement qu'il aura sûrement le Concours .
  • Avez vous été voir Juppé contre Sarkozy Mécredi soir ?
  • Non, c'était au palais des expositions il y fait bien trop froid .
  • Il paraît que c'est Juppé qui a gagné.
  • Ca ne m'étonne pas, c'est le mieux, et de loin. D'ailleurs le Berlusconi a dit que Sarkozy est un crétin suffisant, agressif et jaloux de ses sous .
  • Hé bê le voila habillé pour l'hiver le Sarko ! Pourtant vous l'aimiez bien avant .
  • Avant... Voui. Peut être... Mais maintenant je le trouve fatigant avec toutes ses simagrées. Juppé a plus de tenue . Même les rouges ils en ont des meilleurs que lui, Valls , Macron... On pourrait oublier qu'ils sont rouges.
  • Vous y allez fort là ! Des rouges ça reste des rouges  avec le couteau entre les dents. Sarkozy il a quand même dit de belles choses Mécredi !
  • Quoi donc ?
  • Il a dit que quand on recevait un coup de pied au derrière il ne fallait pas descendre de voiture pour renverser la table...
  • Il en sait des choses ! C'est ça l'instruction à Neuilly , que voulez vous !
  • Voui mais il y a quelque chose qui me turlupine un peu.
  • Quoi donc ?
  • Comment peut on vous donner un coup de pied au derrière si vous êtes en voiture ?
  • Ah ça ! Il en faudrait de plus savantes que moi pour vous répondre ! Allez, il sera l'heure du marendou qu'on sera encore là à bargasser comme deux vieilles geasses. A bientôt pobra fenno !

Verticales

Verticales

L'art des rues

L'art des rues
Miss-Tic

Printemps

Printemps

Nuit

Nuit

Sologne de pluie

Sologne de pluie

Au pays de Raboliot

Au pays de Raboliot

Aixe sur Vienne : le Pont

brouillard

brouillard
dans le brouillard

Fresque

Fresque
fresques dans une église de campagne du Limousin

Lumière d'hiver

Lumière d'hiver

vieilles pierres corréziennes

vieilles pierres corréziennes

Chalucet

Chalucet

reflets

reflets

Un jour en Galice

Un jour en Galice
Face à l'Océan , la solitude du joueur de cornemuse

Couleurs de printemps au parc

Couleurs de printemps au parc

ça c'est Paris!

Le vieux Brantôme

Le vieux Brantôme

La Vienne en hiver. plateau de Millevaches

reflets

reflets

Decembre

Decembre

L'hiver est déjà là

L'hiver est déjà là

en guise de rafraichissement

Images du Tregor

Images du Tregor

Et le Printemps vint...

Ambiance de Janvier

Ambiance de Janvier

effets de brouillard

ces brouillards qui nous entourent

Général Dumoulin

L'ami Gilren dont le blog http://amertume.over-blog.com/ nous permet presque chaque jour, malgré son titre, d'envisager l'actualité sous des angles inédits et avec le sourire, et qui me semble être un excellent connaisseur de la vie limougeaude me fait l'honneur de me citer parmi... parmi quoi au fait? enfin de me faire une petite place entre Maryse Bastié, les petirts-ventres, le peyteu, le pastis Panazô et quelques autres... Je lui fais respectueusement remarquer qu'il a oublié les généraux. Limoges qui fut une ville rouge à l'âme révolutionnaire a en effet donné naissance à un paquet de militaires étoilés – et je ne parle pas des cent cinquante « limogés » de la guerre de 14 – Jourdan, Bugeaud, Martial Vallin, non pas Kellermann, voyons quelle idée Kellermann, figurent parmi les plus emblématiques, mais il en est un qu'on oublie souvent, le Général Dumoulin...

Ce Dumoulin issu du quartier populaire du Port du Naveix et parti comme simple soldat sous la révolution se retrouva Général sous l'Empire et ses victoires ne se comptent pas. Malheureusement malgré les attentes de ses concitoyens naveteaux, qui à chaque fête lui préparaient un accueil enthousiaste il ne revint jamais à Limoges. La rumeur courut qu'il avait épousé une duchesse de Wurtemberg... Rumeur d'autant plus fondée que la carrière du fameux Général n'était que le fruit de l'imagination débridée des Ponticauds qui avaient fini par y croire. Voilà au moins un général qui n'aura pas provoqué de carnage...


Une expo photo : Paul Graham au BAL

bords de l'Anglin

Le vieux Palerme

vignobles de Champagne, la Côte des Blancs

courses à Pompadour

Pauvre France!

Ce matin, lors de mon tour de ville quotidien, j'étais précédé sur le trottoir, par une jeune femme qui, vue de dos à une certaine distance me paraissait fort convenable.

Non loin du jardin d'Orsay, là où sont enterrés les vestiges des arènes romaines d'Augustoritum (comment pour visiter ? Ici on ne visite pas, je l'ai dit maintes fois, rien ne se visite, il suffit de savoir qu'elles sont là, ça vous donnerait quoi de visiter?), donc je reprends … Non loin du jardin d'Orsay, la jeune femme s'arrête face à l'une de ces espèces de boite aux lettres vertes où la collectivité a enroulé les sacs en plastique que nous, contribuables, offrons bien volontiers aux possesseurs de canidés, afin que nos amis à quatre pattes n'encombrent pas les trottoirs des produits glissants de leurs défécations.

Et là que vois je ? Cette personne qui tire, extirpe un sachet de la boite , puis deux, trois, et prise d'une sorte de folie subite, tire et tire encore et enfouit les produits de ce qu'il faut bien appeler un vol dans son propre cabas. Lorsque j'arrivai près d'elle , elle devait bien en être à son douzième méfait, et reprit ensuite sa marche sans se préoccuper de moi. Je pensai qu'il devait bien y avoir un chien dans l'histoire, mais j'eus beau scruter les alentours, nulle trace de chihuahua, de kromfohrländer, d'épagneul nain, et encore moins de samoyède, de chow-chow, d'affenpinsher, de mastiff ou de bullmastiff... Rien

J'en appelle à témoins nos compatriotes défenseurs de la patrie et se ses valeurs, les Lucacas, Vempeste, Chiotti, que devient la France ?

Après trois mois de hollandisme, l'insécurité a-t-elle cru au point que les malfrats en soient à dérober les sacs à crotte de nos chiens ? Et pour en faire quoi ? Pour y entasser les produits de leurs rapines ?

Que fait la police ? Quand va-t-on se décider à faire surveiller de près par des hommes en armes nos distributeurs de sacs à crottes ?

Je crains qu'il n'y ait rien à attendre en la matière de ce pouvoir, et encore moins de cette ministre de la justice, « fascinée par les délinquants » , comme le dit si bien Marine.

Moi, honnête citoyen de ce pays, je tenais à m'élever ici contre le laxisme dont fait preuve le pouvoir et dont j'ai eu sous les yeux un bel exemple ! En dénonçant ce geste criminel je fais œuvre de salubrité publique. Qui vole le sac à crottes, peut voler le chien !

Pauvre France !

feuille

feuille

Souvenir de Sicile

Souvenir de Sicile
une ruelle de Palerme

« Je crains que le mariage de l’ultra-libéralisme, de l’abandon de l’Etat et du retour à l’opium du peuple, finisse par avoir raison de ce que l’on aime le plus en France et que le monde entier nous envie ».

Caroline Fourest


Passages secrets du vieux Paris

juste une lumière

juste une lumière
un matin d'octobre en Limousin

rideau liquide

Lumières nocturnes

Lumières nocturnes
Dresde, le 25 Août

Et un clafoutis aux nèfles pour Douillet! Un

Qu'il est fort ce Douillet!
La proposition de François Hollande de taxer les contribuables les plus riches "va tuer le sport français"
75% de taxe au dessus de 1 million d'Euros de revenus, et adieu footing jogging, marche, cross country, pétanque, curling, crosse au champ, beach-volley. Finis la ringuette, la balle au tambourin, la longue paume, le rugby subaquatique. Disparus la soule, le tir à la corde,le vigoro, le boulingrin... Nous ne serons jamais champions du monde de Pesapallo, de Gouret de salon, de Oulak, ce superbe jeu où on se balance un cadavre de chèvre, ni de hornuss...
Voila ce que c'est Monsieur Hollande de vouloir faire payer les très très riches!
Et la boule de fort! Avez vous pensé à la disparition de la boule de fort? Même pas. C'est une honte!
Ca me dégoûte au point que je ne sais plus si je vais viser la corbeille à papiers pour y envoyer mes crottes de nez d'une pichenette élégante!
En tous cas la connerie est un sport qui n'est pas prêt de se perdre, et Douillet est bien placé.

campagne limousine

L’opinion de Fillon sur la culture

Eloge funèbre de Mickaël Jackson, selon le plaisantin de service:

"J'étais surtout un admirateur de son succès. Quelqu'un qui a vendu 750 millions de disques, c'est unique dans l'histoire de la musique, dans l'histoire de la variété, de la diffusion de l'art".

L'important dans l'art c'est bien les 750 millions... et sans hadopi, on n'y arrivera jamais...

VIVE LA CULTURE SARKOZYSTE.

Hé oui ! Mickaël Jackson c’est comme la France de Fillon, ca a gagné 750 millions et ça finit dans la débine

People: Jipé encore cocu

La rédaction de ce blog tient à faire part de sa tristesse à l'annonce des nouveaux déboires qui touchent notre ami Jipé Pastaga , ou tout au moins celui qui l'inspire. Il y a bien au moins trois mois que notre talentueux interviewer n'avait pas fait la une en couleur des gazettes spécialisées.

Trois mois sans être cocu, cela ne pouvait pas durer plus longtemps. Aujourd'hui c'est Ici-Pourri qui nous l'apprend sous un portrait de notre collaborateur plus chien battu encore que d'habitude et de Nathalie qui le regarde méchamment.

On se demande quel est l'auteur de cette photo prise sur le vif, sans doute sans l'accord des deux concernés, et dont on pourrait croire qu'ils ont posé pour l'occasion. Honte aux paparazzi !

Mais nous tenons à rassurer ici notre confrère. Ne t'en fais pas Jean-Pierre ! Le tabloïd a beau annoncer : « Nathalie et Jean-Pierre c'est fini », et sous entendre des « coups bas (évidemment, on devine la hauteur) et des mensonges », il nous est difficile d'y croire. Ici-Pourri n'est pas du genre à laisser perdre un aussi bon filon.

Le lieutenant Colombo est mort, Pépé Carvalho aussi, Henning Mankell a filé Alzheimer à son commissaire Wallander, mais toi Jean-Pierre, tu en as encore pour longtemps à être cocu toutes les trois semaines. Ne t'inquiète pas, nous croyons en toi !

Matin d'octobre

Matin d'octobre
au bord de la Briance

Automne basque

soir d'été au Danemark

soir d'été au Danemark

fenêtre du nord

fenêtre du nord

Prix Nobel de la Paix

C'est le chinois Lu Xiaobo, dissident emprisonné qui l'a obtenu. Ce n'est pas plus mal  que beaucoup d'autres qui ont précédé (Henry Kissinger, Lech Walesa, Al Gore, ou Obama.) 

Il faut entendre les médias aujourd'hui se féliciter de cette nomination et dénoncer à grands cris l'absence de libertés dans l'empire communiste chinois.

Nous en avons de la chance, nous de vivre dans notre beau système capitaliste.

Heureusement, dès demain quand l'économie va revenir au premier plan, on de dépêchera d'oublier que la Chine n'est pas une terre de libertés. Les necessiités du profit obligent.

Pour simplifier la tâche du comité Nobel, nous pourrions faire quelques suggestions quant aux lauréats à venir.

Certains hélas ne pourront recevoir leur prix qu'à titre posthume:

 - un condamné à mort par erreur, exécuté aux USA

 - des morts victimes de la magnifique paix de Bush et Blair en Irak (il n'y a que l'embarras du choix)

 - des suicidés de France Télécom

Pour d'autres la situation est certes moins extrême:

 -un SDF victime des délocalisations et des supressions d'emploi.

- un enfant d'immigré en centre de rétention

-un futur retraité spolié de son moyen de vivre décemment par la grâce du gouvernement Sarkozy

On le voit, le Comité Nobel n'est pas prêt de chômer. Heureusement que tous ces candidats potentiels ne vivent pas en Chine. Ils ne se rendent pas compte de la chance qu'ils ont!



Vieux quartiers de chez moi

Vieux quartiers de chez moi
Le pont Saint Martial

SHA KE QI

Ils en ont de la chance ces chinois.
Sa Majesté, Empereur des français, Gouverneur de l'Europe, Maître de la Méditerranée, va leur faire l'honneur de venir à Pékin pour la cérémonie d'ouverture des JO.
Déjà ils ne sont plus qu'impatience et délire à l'idée d'accueillir celui qu'ils ont baptisé Sha Ke Qi.
Le peuple entier se prépare à l'acclamer dans une liesse immense rejetant à l'arrière plan tout le reste des cérémonies.
On entend d'ici les millions d'admirateurs massés le long du passage du cortège officiel, agitant des petits drapeaux français et chinois, et scandant : Sha Ke Qi, Sha Ke Qi...
Au fait, Sha Ke Qi signifie "l'idiot en colère".
C'est tellement plus beau en chinois!

Temps de saison

Temps de saison
puisqu'on parle de neige

Le Prince Albert a le coeur brisé (Ici Paris)..

Trois mois avant son mariage...
Et alors qu'est ce qui se passe Bébert?
Allons allons, c'est pas grave, remue tes cent kilos, fais bouger ta carcasse. Elle était pas pour toi cet'nana. T'as vu la gueule que t'as? Allez viens...
Je sais qu t'as le coeur gros, mais c'est pas une raison, d'parler de s'foutre à l'eau
Viens... On va aller manger des moules et puis des frites, ça t'changera tiens!
Et si t'es encore triste ou rien qu'si t'en a l'air
on ira chez Air France voir les hôtesses de l'air,
paraît qu'y en a d'nouvelles...
Allez viens...
Foutons l'camp d'ce trottoir et arrête de chialer, comme ça devant tout l'monde.
Allez Bebert viens... viens...
Tu en trouveras une aut'va
Je pense à une qui pourrait êt' lib' d'ici un an... T'en fais pas Bébert...

Au fait il faudrait que je lise l'article, si ça se trouve c'est juste la petite chatte qui a fugué...

la verriere d'Austerlitz

la verriere d'Austerlitz

Le people du jour

Enrico Macias : " Je me sens incapable de refaire ma vie." (Ici Paris)
N'y a-t-il pas là un appel au secours? Une demande de conseil?
C'est pourquoi je donne le mien sans plus tarder : "Fais comme tu peux, Enrico, et tiens nous au courant à la devanture du kiosque.
Mais au fait tu peux aussi demander à ton copain du Fouquet's, Président des riches et Chanoine du Latran, qui s'y connait lui, pour refaire sa vie, mieux que pour augmenter le niveau de vie ou pour lutter contre l'insécurité".
Quant à Ici Paris, il faut en trouver hein des choses passionnantes à dire pour gagner sa croûte toutes les semaines!

Canal à Gand (Gent)

Canal à Gand (Gent)

Petit matin de Décembre

Petit matin de Décembre

Courage hivernal

Courage hivernal

Au hasard des livres : un écrivain, Paul Théroux

Paul Théroux, écrivain voyageur.

Il descend son escalier , prend le métro pour aller à la gare et quitte Boston pour la Patagonie, (Patagonie Express) ou il part de Grande Bretagne pour se rendre en extrême Orient, toujours par le train (Railway Bazaar)...

Cet américain au nom bien français ou plus exactement canadien est un bourlingueur , essentiellement ferroviaire. Il note et retranscrit ce qu'il voit, ce qu'il découvre, les gens qu'il rencontre, passant au cours de ses trajets du familier à l'exotique.

Le livre qui nous intéresse ici est « Voyage excentrique et ferroviaire autour du Royaume -Uni ». Moins ambitieux au niveau de l'aventure et de la géographie que bon nombre de ses autres ouvrages, mais finalement totalement exotique, délabré désespéré... Un voyage qui date de 1981, à l'époque que bénissent certains de nos dirigeants, du Thatchérisme au sommet de sa gloire. Guerre des Malouines, évènements d'Irlande du Nord, catastrophe économique, sociale, démantèlement des structures publiques, face à un peuple complètement passif . Le trait est noir. Théroux suit les cotes du Royaume dans des trains voués à la disparition, rencontre dans des stations balnéaires sinistres où personne ne va plus, des gens d'une autre époque et des bandes de jeunes délinquants désoeuvrés . Un monde en déliquescence, les architectures tordues des usines abandonnées qui bordent la mer, les friches industrielles, les hallucinantes silhouettes des centrales nucléaires qui dominent les rivages..

Pour Théroux, cette Grande-Bretagne que l'on nous a si souvent présentée comme un exemple, est « un pays insulté ».A lire.

Paul Théroux: Voyage excentrique et ferroviaire autour du Royaume-Uni (Les cahiers rouges Grasset)

Millevaches

Millevaches
Tourbières et bouleaux

Soir...

Soir...
une lumière dorée ...

les vagues de dunes

les vagues de dunes
dunes blanches

Un petit air du Sud

Un petit air du Sud
Sète vue depuis le Mont Saint-Clair

Sur le port de Sète

Sur le port de Sète

l'été dernier

l'été dernier
souvenir d'un village espagnol : Santillana del mar

jeux de lumière

jeux de lumière
matin de février sur la campagne limousine et les ruines de chalucet

Une ville la nuit

Une ville la nuit
en ex Allemagne de l'Est

Coin de rue

Coin de rue
aspects du vieux Limoges

Lumières de Paris: contre-jour

Lumières de Paris: contre-jour
lumière déclinante de fin d'année

Barques sur la Loire

Barques sur la Loire
en arrière plan, moins drole, les fumées de la centrale nucléaire de Chinon
"Si vous trouvez que l'éducation coûte cher, essayez l'ignorance" Abraham Lincoln

soleil d'hiver

soleil d'hiver
apres autant de pluie... enfin un petit matin givré

du bois pour l'hiver

du bois pour l'hiver
dans un coin de la forêt limousine

Paris, ce village

Paris, ce village
Rue des sources

Les fenêtres

Les fenêtres
nous guettent

Scenes de la vie parisienne

Scenes de la vie parisienne
travaux a Belleville

Beaux jours d'automne

Beaux jours d'automne
A la pointe de l'Ile Saint-Louis..

Où allons nous?

Où allons nous?
question sans réponse

les pieds dans l"eau

les pieds dans l"eau

Vu et entendu : copines

  • Alors tu vois, y traverse le parking derrière moi

  • Hou la la...

  • Ouais. Alors j'me dis, ça fait pervers quand même...

  • Hyper pervers

  • I'm ratrap

  • Hou la la, diiiiiiiiiingue

  • Hyper dinguaaaaaaaa. Alors j'lui dis ouais?

  • Et ?

  • Et y m'dit, c 'est pas ton anniversaire Maguy?

  • Ah ouais, il a une super mémoire des anniversaires

  • Alors j'lui dis ouais, c'est pourkoi?

  • Ah ouais

  • I'm dit c'est just pour te l'souhaiter...

  • Alors là... Y souhaite vraiment l'anniversaire à n'import qui!

sombres lumières d'été

sombres lumières d'été
ciel d'orage sur Trouville

Chronique ciné

En lisant la presse suisse je suis tombé sur la critique d'un film qui vient d'être présenté au festival de Locarno et que nous aurons le plaisir de voir à partir du 10 Septembre sur nos écrans.

Il s'agit du premier film signé Michel Houellebecq, tiré de l'un de ses romans et qui s'intitule « La possibilité d'une île »...

Les spectateurs de Locarno, insensibles à la célébrité de l'auteur ont quitté la salle avant la fin. Il y a eu des rires et des ricanements. La presse helvétique décerne déjà au film la palme de « bide de la rentrée », certains allant jusqu'à prétendre méchamment que Max Pécas n'aurait pas osé signer un tel navet.

Quant à l'auteur, courageux mais pas téméraire, il n'a pas assisté à la projection et a annulé la conférence de presse qu'il devait donner. Il lui faut du temps sans doute pour chercher les raisons de son échec (sans doute trop d'ambition et de talent, incompris de spectateurs médiocres...)

La question qui se pose est maintenant de savoir si Houellebecq détrônera BHL au palmarès du plus gros navet de l'histoire du cinéma. On se rappelle en effet avec émotion de l'oeuvre du philosophe people: « Le jour et la nuit » avec Alain Delon et Lauren Bacall, où les rares spectateurs qui ont pu tenir jusqu'au bout ( en ce qui me concerne j'avais capitulé au bout de vingt minutes, ce qui n'était déjà pas si mal), ont paraît il autant ri ou presque qu'en voyant « La Grande Vadrouille »... Mais pas pour les mêmes raisons.

Il faudra que Houellebecq trouve d'aussi bons arguments que BHL pour expliquer son bide: « J'ai vu trop grand, trop haut, trop loin... Et les gens n'ont pas suivi ! »

Et là c'est pas gagné d'avance, mais on lui fait confiance!

Mes infos du matin

Ah ! Il n'y a pas de quoi se réjouir! Pauvre Manaudou... Mais pourquoi aussi est elle allée accepter ce bisou mortel? On ne lui avait pas dit? Il n'y a eu personne pour la prévenir?
Le commentateur nous dit que tout le monde attendait la Marseillaise, et rien... On a eu droit à l'hymne je ne sais quoi, un hymne pas martial ni rien... Pfff ... Quand même, hein, quand même, quand il y a Manaudou, on fait quoi, les chinois? On joue la Marseillaise, quel que soit son résultat... Vous le saurez la prochaine fois, sinon Sarko reçoit le Dalaï-Lama et ça va fumer!
Et l'autre, dont je ne sais plus le nom... le judo c'est pas mon fort (sans jeu de mots). Et justement le journaliste , très abattu, qui ne nous hurle pas dans les oreilles comme en cas de victoire, nous apprend que notre champion n'a pas pu poser son judo... Ah zut! Il n'y avait pas un casier au vestiaire? Pas une petite place sur le coin du tatami? Ces chinois n'ont rien prévu, et voila... il a dû garder son judo avec lui et crac... Pas de bol!
Mais là où j'ai failli avaler ma tartine à la margarine anti cholestérol de travers, c'est que voila Bush qui vient nous dire ce qu'il pense du conflit Georgie-Russie... Il est en forme, Bush, et il dit la vérité: " A notre époque, il est inadmissible, vous entendez, inadmissible, qu'un pays en envahisse un autre, plus petit..." Ah ça, c'est une chose qu'elle est bien vraie, Mister Bush..
Et notre petit homme à nous, voila qu'il se rend là-bas... Il va se brouiller avec qui? Avec son grand modèle américain? Avec son grand ami russe? Avec un peu de chance et son habileté habituelle il va se mettre les deux à dos.
Et si on lui suggérait de faire une bise à poutine et de lui souhaiter bonne chance?

Les discours de Sha Ke Qi..

« A cette Chine qui réussit chaque jour davantage, j’adresse un message chaleureux d’amitié ; une amitié historique, indéfectible et inébranlable, qui lie le peuple français au peuple chinois."
Bon c'est vrai qu'après avoir clamé que je n'irais pas, il faut que j' essaie de me raccrocher aux branches comme je peux...
" Je salue la manière « ambitieuse, dynamique, vibrante, moderne et résolue » dont la cérémonie d’ouverture a été préparée."
Tant qu'à faire il faut y mettre le paquet...
Si l’organisation des JO était un sport, je suis sûr que vous seriez d’accord avec moi pour qu’on attribue à la Chine la médaille d’or ! »
Et allez, ces peuplades sauvages ont besoin de flatteries. Après les avoir vexés, je vais leur montrer que je les prends pour des cons....

Les toits de Carmona

Les toits de Carmona
Cantabrique

L'éclosion d'un jour nouveau

L'éclosion d'un jour nouveau

Les coquelicots de Sélinonte

Les coquelicots de Sélinonte
parmi les ruines

Changer d'horizon

Changer d'horizon
Juste un goût de Portugal : moliceiro de Aveiro

Secrets de l'aube

Secrets de l'aube
Jeux du soleil et de l'eau ténbreuse, de l'obscurité et de la lumière...

Couleurs du Sud

Couleurs du Sud
Montpellier

Citrons

Citrons

Palerme

Palerme
les oursins du marché

Ascona

Ascona
couleurs du village

Lugo, vieux quartiers

Lugo, vieux quartiers
depuis les remparts et les silhouettes de la cathédrale

Images simples d'un matin de brouillard

Images simples d'un matin de brouillard
Une barque seule, invitation à se perdre

Fusio

Fusio
tout au bout de la vallée, après des centaines de virages

Injures et...injures

Comme le rappelle opportunément le Canard enchaîné, il y a injures et injures, comme il y a des champignons comestibles et des champignons toxiques.

Voici une petite leçon pour apprendre à les distinguer:

  • Pauvre con est très bien, c'est une réponse vive, franche, sans hypocrisie, à utiliser sans crainte.

  • Tocard, comme chacun le sait est une gentillesse, un petit surnom amical plein d'affection et de tendresse.

  • Charognard est tout a fait acceptable surtout s'il s'adresse au commun des journalistes et peut être des blogueurs insolents

  • Salope est certes un peu vif, mais ça ne tire pas à conséquence.

Et maintenant, attention aux jurons vénéneux:

  • N'allez pas traiter votre voisin de sale Hongrois, ni lui demander de rentrer en Chine ( un mois de prison ferme).

  • Ne l'encouragez pas non plus à aller niquer sa mère (également un mois ferme)

  • Pour fils de pute adressé a l'automobiliste d'en face, ca risque d'être 4 mois fermes comme à Aubagne.

Nous voici donc prévenus.

Et comme dirait le Chanoine: mes très chers frères, sachons séparer le bon grain de l'ivraie.

François B.

François;,

Chaque matin les premiers mots sortis de mon poste de radio ont le don de me mettre en colère.

Mais ce matin j'ai découvert que tu étais plus en colère que moi, beaucoup plus.

Et je te comprends.

C'est dur la politique, hein, François, tu ne t'attendais pas à cela, toi si nouveau, si naïf...

Ces ex amis traitres qui veulent faire payer leur trahison par un pays en faillite, ça te surprend, hein?

Tu es comme ces organisateurs du Tour qui découvrent avec stupeur qu'il y a des dopés dans le peloton.

Quelle surprise!

Ce gentil Morin avec son visage de premier communiant, avec qui vous partagiez cette passion innocente et tellement populaire des chevaux de course, tu n'aurais pas cru cela de lui...

Mais bon, calme toi François, sinon tes oreilles vont vibrer et tu vas devenir tout rouge.

Toi qui as toujours roulé si sagement à droite, tu risques de faire une embardée à gauche.

Ton Directeur de conscience ne te l'a pas dit, à ta dernière confession?

Tout ceci est la volonté de Dieu mon fils...

Vieux villages du Ticino

Vieux villages du Ticino
Giornico

Rachida et le Limousin

Le Limousin est une région pauvre, chacun le sait. C'est plein de bouse de vache où une jolie Ministre pourrait gâcher à jamais ses beaux escarpins. C'est porquoi les parlementaires limousins ont été reçus à Poitiers. Et on les a fait poireauter trois quarts d'heure dans l'antichambre pour que l'odeur d'étable qu'ils amenaient avec eux ait le temps de se dissiper.
Après quoi la Ministre leur a annoncé en dix minutes la disparition de six des neuf tribunaux de la région. Comme ce sont des tribunaux de proximité, ça arrangera les vieux du plateau de Millevaches ou d'autres coins paumés qui n'auront qu'a se déplacer loin s'ils veulent avoir à faire à la justice de leur pays.
Ah j'oubliais... Le Limousin n'a pas voté Sarko... Bien sûr ça n'a rien à voir, vous n'y pensez pas.
Les tribunaux de Tulle sautent évidemment. On attend d'une année à l'autre la réaction de culbuto. Je suis certain qu'elle viendra un jour.
Quant à ce qui fut la Chiraquie, ben voyons... On va quand même pas les louper ceux-là.
Enfin on vous conseille pas de venir en Limousin. La région est belle certes, mais elle vote pas dans le bon sens, ya de la bouse et ya plus de justice.

Au hasard des livres : Ni d'Eve ni d'Adam... (Amélie Nothomb)

J'aime beaucoup Amélie Nothomb, son écriture fluide , son humour, cette façon qu'elle a de se tourner en dérision comme pour minimiser ses souffrances... Ici elle revient au Japon, dans la continuité de Stupeur et tremblements, mais cette fois pour nous parler d'Amour. Même dans ce domaine la bizarre civilisation niponne va se trouver confrontée à l'entendement occidental. Mais ici au lieu de cet affrontement brutal qui était décrit dans le monde du travail, chacun, et surtout l'amoureux essaie d'aller dans la direction de l'autre, de mettre pour séduire le pied dans la civilisation d'en face telle qu'il la conçoit. Mais au contraire ce qu'on attend de lui, c'est son exotisme. Quoi qu'il en soit, on s'attache au fil des pages à cette histoire, à ces rapports , à cette écriture pudique , à la fois gaie et inquiéte.Même si la narratrice prétend n'éprouver que du "koï" (du goût) au lieu du "aï" (de l'amour), on la sent peu à peu au fil de notations justes ett savoureuses, céder au charme de Rinri son jeune amant. une autre version du thème de l"Amant" de Duras...
Et j'oubliais la fin, une fin émouvante qui résume en une phrase tout ce qui n'a pas été dit dans le récit.
En fait le seul reproche qu'on peut adresser à ce roman c'est qu'il est trop vite lu...

Love in Paris

Love in Paris
le bonheur et rien à dire...

Paysage des Vesteralen

Paysage des Vesteralen
image de Norvège
Blogbar
Recommandé par des Influenceurs

Lectrice

Lectrice
en bord de seine

Au hasard des livres : Ripoux à Zhengzou

Un polar de Zhang Yu (Picquier poche). C'est un polar chinois, et on y retrouve toute la Chine du socialisme à la sauce capitaliste, où la carte de crédit a remplacé le petit livre rouge. Quelle est la vie quotidienne à Zhengzou, capitale du Henan? Deux policiers naïfs, spécialistes de la chasse aux pickpockets découvrent les combines, la corruption, les petits arrangements d'un monde qui les dépasse. Cela a passionné les chinois, et nous passionne aussi. Finalement on se demande ce qui change, avec le passage d'un système politico économique à un autre. A lire!

La vie parisienne

La vie parisienne
Bords de Seine au Printemps